cal-luxembourg-people2015

Rapport d’activités 2016 du CAL/Luxembourg

 

Cette année, l’introduction du cours de citoyenneté dans nos écoles primaires a marqué les esprits. Le désordre dans lequel la réforme a été introduite, la mise à mal des professeurs de morale ont malheureusement occulté son caractère indispensable pour notre société. Le nouveau cours s’inscrit dans la mission de sociabilisation, d’émancipation de l’école qui est un lieu d’enseignement mais aussi d’éducation, un espace privilégié de dialogue entre jeunes issus de milieux cultuels et culturels différents, bref un lieu d’apprentissage au vivre ensemble.

 

Cette année également, le Centre d’Action Laïque modifiait ses statuts afin de réaffirmer que la laïcité est un principe universel à la base de la démocratie, de l’Etat de droit, de la défense des droits et des libertés fondamentales.

 

En l’inscrivant en toute lettre dans ses statuts, le Centre d’Action Laïque rappelle son engagement à défendre ce principe humaniste qui oblige l’Etat à se distancier des religions et à donner à tous les clés de leur propre émancipation et donc de leurs propres choix, par le partage des savoirs et la pratique du libre-examen. L’Etat doit, dans le même temps, assurer l’égalité de tous et donc soutenir les mécanismes de ré-égalisation que sont la solidarité et la fraternité.

 

Les actions de la régionale du Luxembourg découlent toutes de ce principe universel. C’est le cas des activités d’éducation permanente, comme de celles visant à une plus grande autonomie des consommateurs de drogues ou à lutter contre les discriminations faites aux homosexuel-les ou aux transidentitaires ; et c’est le cas encore des actions destinées à la part de la population qui était exclue de l’assistance morale financée par l’Etat du fait de sa non-croyance.

 

Au nom de notre engagement en faveur de la laïcité, nous travaillons également à lever les oppositions institutionnelles de services, d’hôpitaux ou de maisons de repos à l’euthanasie ou aux soins médicaux pour les personnes transgenres, par exemple. C’est aussi en son nom que nous réclamons le droit pour tous ceux qui n’adhèrent pas à l’église catholique d’être inhumés dans des conditions dignes et non au cimetière sous la pluie, la grêle ou un soleil de plomb comme c’est encore le cas dans certaines communes de notre province.

 

 

Marie-Ange Cornet (Directrice) – Micheline Satinet (Présidente)

 

Le rapport d’activités 2016 (PDF)