Débat sur l’usage thérapeutique du cannabis en Belgique

L’asbl DAWA, la nouvelle Plateforme Drogues Action Wallonie, travaille sur la question des usages de drogues. Pour sa première action, la Plateforme propose un débat animé par David Lallemand autour du cannabis et de son usage thérapeutique en Belgique.

« Usage thérapeutique du cannabis : Que fait la Belgique ? Quand l’idéologie répressive entrave le droit aux soins dans la dignité »

 

 

En présence de:

  • Dominique David, responsable du Plan de Cohésion Sociale Ville de Mons en charge du projet de recherche « Cannabis Social Club ».

 

  • Dominique Lossignol, docteur en médecine, spécialiste en médecine interne, soins palliatifs et traitement de la douleur. Chef de clinique à l’Institut Jules Bordet à Bruxelles (ULB) où il dirige l’unité des soins « supportifs » et palliatifs, il est également responsable de la Clinique de la douleur et de la consultation médico-éthique. Il est titulaire du titre de master en éthique et coordinateur du Forum EOL (End of Life).

 

En Europe

Les vertus thérapeutiques du cannabis sont nombreuses. Dans certains pays européens, son usage est autorisé afin de traiter, par exemple, l’épilepsie ou de combattre les effets de certaines thérapies lourdes (ex. cancer). En mars 2018, la Grèce a également légalisé la production de cannabis thérapeutique et de produits pharmaceutiques dérivés.

 

Situation belge

En Belgique, le cannabis médical a été légalisé en 2001, pourtant aucun patient n’a pu se fournir en pharmacie. Le Sativex qui est le seul médicament à base de cannabis présent sur le marché belge n’est autorisé que pour un nombre restreint de patients. Cet antidouleur sous forme de spray est principalement prescrit à des personnes atteintes de sclérose en plaques.

Pour des fleurs séchées, les patients doivent se tourner vers le voisin hollandais ou les quelques Cannabis Social Clubs du pays.

Cependant la nouvelle législation de septembre 2017 qui règlemente les substances stupéfiantes et psychotropes semble mettre un coup d’arrêt définitif à ces Cannabis Social Clubs et au régime de tolérance en matière de détention d’une quantité maximale de trois grammes par une personne majeure et à la culture d’un plant de cannabis femelle en vue de la consommation personnelle.

De ce fait, les personnes malades sont punis deux fois : ils souffrent et on ne leur permet pas d’atténue cette douleur. La loi belge sur les stupéfiants a presque 100 ans. Il est temps de la changer !

Venez débattre, témoigner, apporter votre point de vue et réfléchir ensemble à des pistes d’actions.

 

Débat – jeudi 31 mai – de 19h00 à 21h00 à la Maison Folie, Margin Hall, 8 rue des Arbalétriers, 7000 Mons

 

Bar sur place tenu par l’asbl Accorderie de Mons.

Print