En 2017, sept pays ont activement persécuté les non-croyants

C’est ce que met en évidence le nouveau rapport « The Freedom of Thought Report«  de l’International Humanist and Ethical Union (IHEU) (1) présenté ce mardi 5 décembre au Parlement européen à Bruxelles.

Points forts :

  • L’existence et l’aggravation de persécutions actives se confirment dans 7 pays: l’Inde, la Malaisie, les Maldives, la Mauritanie, le Pakistan, l’Arabie Saoudite et le Soudan.
  • 85 Etats discriminent de manière grave et systématique les non-croyants.
  • L’IHEU dénonce l’impunité qu’accorde certaines autorités publiques aux meurtres et/ou persécutions à l’encontre de non-croyants.

 

Consulter le ‘Freedom of Thought Report’ (en anglais)

 

Le Rapport 2017 sur la liberté de pensée (2017 Freedom of Thought Report) attire l’attention sur les meurtres perpétrés à l’encontre des non-croyants (= athées, agnostiques, indifférents, sceptiques…) au Pakistan, aux Maldives et en Inde ces douze derniers mois. En Malaisie, le gouvernement a lui-même encouragé les violences en menaçant de « faire la chasse » aux apostats. Au Pakistan, suite à une campagne dirigée contre les athées, plusieurs activistes ont disparu ou ont été poursuivis pour de prétendus blasphèmes. Actuellement, deux personnes risquent encore la peine capitale. Des cas d’apostasie en Mauritanie, Arabie Saoudite et Soudan sont soulignés en tant qu’exemples d’une menace plus générale envers celles et ceux qui se déclarent non-croyants et qui défient les structures du pouvoir religieux, en particulier dans certains pays musulmans où l’apostasie est criminalisée. Le rapport informe également que le fait d’abandonner ou de changer de religion (= apostasie) est toujours passible de la peine de mort dans pas moins de 12 pays.

Abandonner ou changer de religion est toujours passible de la peine de mort dans pas moins de 12 pays.

Selon le rapport de l’IHEU, ces incidents constituent les éléments les plus visibles d’un vaste mouvement de discrimination contre les non-croyants au niveau mondial. Au total, des éléments de discrimination grave sont listés dans 55 Etats. Ces dispositions incluent notamment les lois punissant le « blasphème » par une peine d’emprisonnement mais également le prosélytisme fondamentaliste dans les écoles publiques, l’influence de la doctrine religieuse sur la loi publique ou encore le contrôle des affaires familiales et d’état civil par les tribunaux religieux.

Les assassinats et autres cas de persécution commis à l’encontre des athées participent d’une nette tendance de recul des droits des non-croyants à l’échelle mondiale.

Le rapport attire l’attention sur le fait que les assassinats (toujours plus nombreux) et autres cas de persécution commis à l’encontre des athées ne doivent pas être perçus comme des événements isolés. Bien au contraire, ils participent d’une nette « tendance de recul des droits des non-croyants à l’échelle mondiale ».

Pour le président de l’IHEU, le Britannique Andrew Copson« De plus en plus de personnes d’Arabie Saoudite, d’Afghanistan ou du Pakistan contactent notre organisation et le mouvement humaniste pour nous dire: “Je suis humaniste” ou “Je suis athée, mais je ne peux pas me déclarer comme tel, je ne peux pas m’exprimer comme je veux, même en ligne”. Ils ont peur d’être attaqués voire même tués pour cette raison ».

Andrew Copson insiste: « Ce rapport démontre qu’il ne s’agit pas d’une peur irrationnelle. Il y a eu des assassinats extrajudiciaires dans plusieurs pays, avec presque toujours l’impunité pour les assassins. La communauté internationale ne peut pas continuer à rester silencieuse face aux États qui criminalisent l’abandon de la religion et la punissent par la peine de mort. Nous demandons à la communauté internationale de condamner avec la plus grande fermeté la persécution des non-croyants, et de travailler avec les défenseurs des droits de l’homme à travers le monde pour mettre fin à cette injustice. Nous appelons également à soutenir notre  campagne de récolte de fonds ‘humanists at risk‘ pour que l’IHEU puisse poursuivre son nécessaire travail de plaidoyer en faveur des non-croyants dans le monde. »


(1) L’IHEU est l’organe représentatif mondial du mouvement humaniste et réunit plus de 130 organisations, dont le Centre d’Action Laïque, et individus non-religieux, dans plus de 50 pays. L’IHEU travaille pour construire et représenter le mouvement humaniste international qui défend les droits de l’homme et promeut les valeurs humanistes à l’échelle mondiale.

Print